Quelle que soit la manière dont vous vendez (ou achetez) du « référencement », il y a forcément un moment où il est judicieux de jauger la difficulté de la mission. Quelles sont les différents critères qui peuvent vous aider ? Vous trouverez ici mon opinion.

A mon sens, ce sont surtout les 3 facteurs suivants qui vont jouer :

  • L’aspect mercantile de votre secteur
  • L’aspect populaire de votre secteur
  • L’aspect concurrentiel de votre secteur

En réalité, beaucoup se focalisent seulement sur le dernier point : l’aspect concurrentiel de votre secteur, afin de jauger de la difficulté de la mission.

Or, si ce point est positionné en dernier dans ma liste, c’est parce qu’à mon sens ce n’est pas toujours le plus important des trois. Le point le plus important reste souvent l’aspect mercantile.

L’aspect concurrentiel de votre secteur

Oui, j’en parle en premier même si ce n’est pas (à mon sens) le plus important. Et si j’en parle en premier c’est avant tout parce qu’il s’agit de l’indicateur le plus populaire et celui sur lequel les internautes espèrent pouvoir se reposer pour estimer la complexité d’une mission de référencement.

Le fait qu’il existe d’ailleurs des outils (à l’image de celui de Moz) qui font fortement adaptés pour ce genre « d’estimation de l’aspect concurrentiel » peut d’ailleurs permettre de se conforter dans l’idée qu’il s’agit là d’un aspect vraiment prioritaire. Pourtant ce n’est pas toujours le cas, loin de là.

L’aspect concurrentiel, de manière résumée, c’est l’ensemble des acteurs (site internet) qui ont un site internet dans la même thématique que la votre et qui ont donc une légitimité pour se positionner dans le même secteur que le votre. Il est clair que les sites « de niche », c’est à dire sur une thématique extrêmement particulière, dont il n’est fait état nulle part ailleurs, auront plus de chances d’être présent sur les requêtes qui vont bien.

Pourtant il est de plus en plus rare d’être dans ce cas précis. Et il est même souvent possible de posséder un site dans une niche bien précise tout en étant en concurrence avec les acteurs plus généralistes. Un site sur les tulipes sera surement en concurrence avec un site plus généraliste sur les fleurs, qui lui-même sera sans doute en concurrence avec un site encore plus généraliste sur la jardinerie (Truffaut par exemple).

L’aspect mercantile de votre secteur

C’est à mon sens le plus important des facteurs, et je vais vous expliquer pour quelles raisons.

Chacun a sa manière de faire du « référencement », et je mets parfois le terme entre guillemets car beaucoup sont partagés sur ce qu’est un travail de référencement. Pour ma part je préfère dire que je vends de la « visibilité ». Mais la plupart des gens comprennent mieux « référencement ». Mon travail est majoritairement un travail d’élaboration de méthodes de communications qui visent à saisir des opportunités pour être visible, ce à quoi s’accompagne un travail de légitimé autour du site en question (il faut que le site soit méritant) (c’était long, j’espère que je n’ai pas perdu tout le monde…). En bref l’objectif est de proposer des idées pour emmener les différents acteurs sur Internet à parler naturellement du site dont je m’occupe (c’est sans doute plus claire de cette manière…).

Cette définition était nécessaire pour revenir à notre sujet : une bonne partie de la difficulté réside donc plus ou moins dans cette question que je me pose avant chaque mission : si je suis en mesure de produire un contenu (qu’il soit textuel, graphique, ludique, etc.) réellement intéressant et novateur, les internautes éprouveront-ils de l’engouement à utiliser ce contenu, à le partager et à en citer la source ? En effet, si mon rôle est de rendre un site plus visible, il est intéressant que je me demande quel pourrait être l’engouement des internautes pour ce genre de site.

Par expérience la réponse tient souvent de l’aspect mercantile du secteur. En clair : les internautes éprouvent bien évidemment davantage d’engouement quand il s’agit de parler d’écologie plutôt que quand il s’agit de parler de la bourse. Mais la remarque est aussi valable pour deux sites dans le thème de l’écologie : le site d’actualités écologiques aura moins de mal à faire parler de lui qu’une boutique écologique.

Pourquoi ? Parce que cela est dû à l’aspect mercantile de la chose, et que la plupart des individus ont rarement de parler spontanément d’un site ou d’une société mercantile.

  • Un site sur une thématique « peu mercantile » (comme par exemple celui d’une association) aura plus de facilité à trouver son public, et pourra donc s’orienter vers des méthodes moins coûteuses pour se faire connaitre.
  • A l’inverse un site « très mercantile », disons par exemple le site d’une plate-forme de bourse, devra en toute logique fournir des efforts plus conséquents pour faire parler de lui : à travers l’exposition de plusieurs services gratuits par exemple, comme une belle infographie sur le fonctionnement de la bourse (par exemple), et encore faudra-t-il surement que cette infographie soit irréprochable. Sous cette condition, alors des opportunités pourront surement être saisies. Pour le référenceur il s’agit donc de fournir beaucoup d’efforts dans l’espoir de faire parler du site dont il s’occupe. Si une association (ou bien un site d’écologie) se lançait lui aussi dans une infographie alors les contraintes seraient moindres : les internautes seront moins regardant sur une infographie qui comporte ses défauts dans le secteur de l’écologie.

Pour celui qui effectue le travail de référencement, moins le secteur est mercantile et plus la mission peut proposer des opportunités. Il n’est donc pas forcément plus facile de grimper, mais il sera plus facile de mettre en œuvre sa (ses) stratégie(s), ce qui est souvent un vrai atout dans le cadre de la mission : il est alors souvent plus facile de présenter au client ce qui est fait.

Dans le cas d’un site très mercantile, il est souvent très intéressant de chercher à exposer des services gratuits afin d’élargir le champ des opportunités possibles.

L’aspect populaire de votre secteur

Un dernier aspect, qui est aussi important, est l’aspect populaire. Votre site peut avoir un aspect mercantile prononcé mais avoir un avantage particulier : la popularité du sujet.

Si c’est un sujet sur lequel il y a une grande veille technologique par exemple, alors à création égale de contenu vous avez plus de chances d’être mentionné qu’un site sur une thématique qui n’est pas populaire et qui ne suscite pas d’intérêt particulier.

Si c’est un sujet en lien avec une actualité très récente, alors même certains sites très mercantiles peuvent saisir cette opportunité pour faire parler d’eux. Lors de la relation Hollande-Gayet, Sixt a ainsi réalisé une bannière publicitaire pour vanter les mérites des voitures en location qui avaient des vitres teintées par exemple. C’est un excellent exemple : malgré l’aspect mercantile de la chose (location de voiture) et malgré l’aspect concurrentiel (beaucoup de loueurs), Sixt a pu se démarquer à travers l’aspect populaire de la chose, et donc faire parler de lui naturellement.

Il peut être extrêmement intéressant de regarder les actualités récentes ou à venir en lien avec le site que vous référencez : il existe peut-être des opportunités que vous ne soupçonniez pas, et qui pourrait vous faciliter la tâche.

En résumé

L’article n’évoque pas le fait que la difficulté de la mission s’appuie aussi sur l’historique de référencement du site (un article y sera surement prochainement consacré) et qu’il existe bien évidement d’autres aspects (quels sont les vrais objectifs métiers à atteindre, etc.)

Néanmoins, ce sont 3 points sur lesquels il convient de se questionner. Et ce sont ces 3 points qui me permettent de faire une proposition claire pour le client.

S’arrêter à l’aspect concurrentiel du secteur n’est pas suffisant : si le secteur est très concurrentiel mais qu’il est aussi très populaire et peu mercantile, alors cela signifie qu’il existe surement une multitude d’opportunités, qui seront faciles à saisir. Beaucoup d’aspects du travail de référencement seront donc facilités, et avec ces multitudes d’opportunités il y a donc sans doute des possibilités de doubler la concurrence. Dans ce cas là, malgré un secteur concurrentiel, j’indique donc qu’il y aura des opportunités.

En revanche si le secteur n’est pas du tout concurrentiel, mais qu’il est aussi non populaire et très mercantile, alors vous aurez beau n’avoir qu’un ou deux concurrents, il sera peut-être difficile de trouver comment doubler la concurrence car peu d’options s’offriront à vous : votre secteur étant très mercantile il vous faudra produire du contenu d’une qualité irréprochable. De plus le fait qu’il ne soit pas populaire vous limitera lorsque vous attendrez d’être mentionné naturellement.

C’est bien évidemment une question de pondération, le triptyque concurrentiel/mercantile/populaire est je pense souvent oublié du fait même que beaucoup se focalisent trop sur l’aspect technique du SEO. L’aspect concurrentiel est le plus technique : combien de concurrents, combien de résultats dans Google pour telle recherche, etc. mais ce sont des questions dont il faut se méfier. Méfiez-vous de l’aspect concurrentiel seul, car le travail de référencement n’est pas qu’un travail technique, c’est aussi (et surtout) un travail de communication. Il faut donc revenir à certaines bases de la communication et se poser des questions moins techniques.

Mickael DELAUNAY

Fondateur chez CARBUWEB MEDIA

Mickaël DELAUNAY est le fondateur de CARBUWEB MEDIA. Son expertise est d'abord tournée vers le référencement & le positionnement dans les moteurs de recherche, y compris Google. Mickaël cherche à promouvoir les sites à travers une communication saine, en expliquant en toute transparence ce qui est fait au client.