Pour inaugurer ce blog voici un premier article au sujet d’une vidéo postée cette semaine sur le compte Youtube de Google Webmasters. Il s’agit d’une vidéo de Matt Cutts.

Matt Cutts est le responsable de la division « webspam team » chez Google. Matt Cutts est beaucoup suivi et est influent pour une majorité de personnes qui travaillent sur le référencement Google. Cela s’explique assez simplement : Matt Cutts est en effet l’un des seuls employés de Google à intervenir de manière régulière sur les sujets en lien avec le fonctionnement du moteur de recherche, et en lien avec le référencement. Le rôle de Matt Cutts est de s’assurer que Google ne soit pas manipulé et que les webmasters respectent l’ensemble des consignes de qualité Google.

Si les consignes de Google ne sont pas respectés, alors le moteur de recherche peut perdre confiance en votre site, et vous pouvez être pénalisé par rapport à vos concurrents.

Les liens payés sont une problématique qui rentre dans le cadre des consignes de qualité Google. En effet, il s’agit clairement d’une violation de ces consignes. Google a d’ailleurs effectué un rappel en fin d’année dernière à ce sujet.

Pour Google, il s’agit clairement d’une violation aggravée des consignes.

La question qui revient régulièrement

Sur cette problématique, les avis sont souvent partagés et une question revient régulièrement : Google est-il réellement en mesure de détecter efficacement les liens achetés ?

Cette question soulève des points de vues & des explications différentes. Voici les miennes.

Tout d’abord, et il s’agit je pense d’un rappel très important. De nombreuses personnes sont en charge, chez Google, d’évaluer la qualité des sites. Ce ne sont pas seulement des ordinateurs qui scrutent l’Internet, mais ce sont aussi des êtres humains. Parmi les documents diffusés par Google, on retrouve un long PDF rappelant les « Search Quality Rating Guidelines ».

Maintenant, si de nombreuses personnes sont en charge de la qualité des sites,  n’en est-il pas de même pour le respect des consignes Google et la recherche de manipulations ? Evidemment, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, parfois, des pénalités manuelles sont affectées à certains sites.

S’ajoute à cela le fait qu’il est possible d’impliquer les propriétaires de sites. Ceux-ci peut en effet signaler à Google ceux qui ne respectent pas les différentes consignes du moteur.

Personnellement, et invariablement quel que soit le client et son secteur, lorsque je vends du référencement (donc de la communication) et que je cherche à déployer une stratégie pour qu’un site se fasse connaitre de manière saine, j’ai à coup sûr, au cours de mes différentes démarches, plusieurs propositions de liens payants, plusieurs propositions contraires aux consignes, etc. L’expérience aidant, il n’est clairement pas difficile de détecter ceux qui ne respectent pas les consignes, et il n’est clairement pas rare de se voir proposer des propositions de liens payants. De là à dénoncer ces personnes, il y a cependant un autre pas (d’autant plus qu’à mon sens les consignes de Google ne sont pas connus de tous, malheureusement).

Bref à la question : Google est-il réellement en mesure de détecter efficacement les liens achetés ? Il faut donc resituer le contexte :

  • Les robots peuvent détecter ce genre de liens.
  • Les employés de Google, manuellement, peuvent détecter ce genre de liens.
  • Les personnes externes (comme vous et moi), manuellement, peuvent détecter et dénoncer ce genre de liens.

Le point de vue

Personnellement je conseille de respecter les différentes consignes et d’éviter à tout prix les liens rémunérés (qui font passer du Page Rank, c’est ceux dont nous parlons). En fait je m’attarde peu sur si le moteur de recherche est vraiment capable de détecter ce genre de liens, s’il en a les moyens, etc. Je ne m’en préoccupe pas pour les deux raisons suivantes :

  • Le risque est bien trop élevé. Clairement. Et c’est la raison principale.
  • Pourquoi utiliser des méthodes qui ne respectent pas les consignes, lorsqu’il est possible de faire autrement ? Communiquer de manière saine est efficace et durable. En achetant un lien, en plus de pas respecter les consignes vous n’aurez aucun effet durable, aucune retombée spontanée dans le temps. Or la spontanéité est nécessaire & primordiale dans votre communication. Il faut faire en sorte d’être cité et mentionné de manière spontanée.

Évidemment le deuxième point raisonne comme une réponse qui reste floue et qui n’apporte pas de solutions claires, vous vous demandez par exemple quelles sont les alternatives. Un exemple, issu d’une expérience récente :

  • Un client m’indique qu’il a reçu une opportunité d’achat de lien à hauteur de 200€ HT sur un site qui semble assez populaire. Je lui indique de ne pas donner suite. Nous discutons. Avec cette somme que peut-il faire ? Déjà en évitant d’acheter ce lien il respecte les consignes de Google. Ensuite (attention ce n’est qu’un exemple) en rajoutant un peu cela peut permettre d’initialiser une infographie. Avec une infographie de ce style on part déjà sur une route moins bancale, on respecte les consignes Google (j’insiste mais honnêtement le risque est vraiment trop élevé) et on se donne la chance d’avoir des retombées spontanées sur le travail qui sera fait.

La vidéo en elle-même

Dans cette vidéo de Matt Cutts, il n’est pas expliqué comment le moteur de recherche détecte ce genre de liens et il n’est pas expliqué si Google a les moyens de les détecter (et dans quelle proportion), mais il est expliqué ce qui est recherché, et ce qu’est un lien payant. Voici la vidéo, ainsi que les explications ci-dessous.

Explications

Matt Cutts explique quels sont les critères de son équipe pour déterminer si un lien doit être considéré comme un lien payé ou non.

Même si dans la majorité des cas Matt Cutts indique que l’intention du paiement est claire, il existe des cas plus complexes.

Il existe notamment le cas des dons. Ceux qui possèdent des blogs influents, par exemple, peuvent être sollicités pour tester certains produits (qu’il s’agisse de vêtement, d’objets high-tech, etc.).

C’est spécifiquement sur ce type de cas que Matt Cutts s’attarde dans cette vidéo, en soulignant que l’équipe de la « webspam team » cherche à déterminer s’il y a eu une vraie intention de payer en contrepartie d’un lien.

Pour cela les questions suivantes sont soulevées :

  • Quelle est la valeur du cadeau, du produit ou du service ?
  • Est-ce que ce cadeau, produit ou service est facilement assimilable à de l’argent ? Un bon de réduction, par exemple, est relativement équivalent à de l’argent. C’est aussi le cas des cartes-cadeaux.
  • S’agit-il d’un don (pur et simple) ou bien seulement un prêt ?
  • Qui est le public visé ?
  • Est-ce que l’objectif est d’obtenir un lien en retour ?
  • Est-ce que le cadeau a réellement une légitimité ? Si vous êtes un critique de cinéma il peut être logique d’obtenir par exemple une place gratuite en avant-première d’un film. Par contre, il serait moins logique et moins légitime que vous bénéficiez d’un ordinateur portable par exemple.

Comme l’indique Matt Cutts en début de vidéo, la majorité des cas de liens rémunérés sont clairs. Les explications de la vidéo portent vraiment sur les cas particuliers.

Pour conclure, il est aussi intéressant de noter que Matt Cutts se réfère à la FTC (Federal Trade Commission). Ce bureau, aux États-Unis, dont l’objectif est de protéger les consommateurs, impose des règles entre les marques et les blogueurs, notamment par rapport aux « cadeaux ». Il existe des similarités entre les consignes de la FTC, et les consignes de Google.

Mickael DELAUNAY

Fondateur chez CARBUWEB MEDIA

Mickaël DELAUNAY est le fondateur de CARBUWEB MEDIA. Son expertise est d'abord tournée vers le référencement & le positionnement dans les moteurs de recherche, y compris Google. Mickaël cherche à promouvoir les sites à travers une communication saine, en expliquant en toute transparence ce qui est fait au client.